0saves

Une chose est sûre : les caméras IP ont bel et bien pris le pas sur leurs homologues analogiques, tant dans la performance des capteurs et de l’image que dans les possibilités d’applications qu’elles offrent. Ces caméras de surveillance permettent ainsi de travailler plus facilement l’image (traitement d’images embarqué notamment, application d’algorithmes de reconnaissance et filtres d’images) tout en transmettant des images sur un réseau local ou étendu tel qu’Internet, et ce en temps réel si besoin. On peut les ainsi les consulter plus facilement, en réseau nodulaire, via un ordinateur portable ou un smartphone équipé en 3G. Les avantages sont ainsi évidents tant en termes d’installation qu’en terme de maintenance : le matériel IP pouvant être directement connecté au système informatique, sans passer par un système tiers vidéo. Enfin, ces caméras IP peuvent être alimenté par WiFi ou PoE (power over Ethernet), tout en étant paramétrable à distance.
Une véritable révolution donc …

camera IP videosurveillance

La percée des caméras IP : une tendance irréversible…

Les chiffres du marché mettent encore en première place les caméras analogiques, avec un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros pour la France en 2009, et près de 550 millions d’euros pour l’Europe, alors que respectivement, les caméras IP viennent de dépasser les 20 millions d’euros en France et de 330 millions sur l’Europe. Cependant, la progression des caméras numériques est à deux chiffres, avec quelque 35% de croissance annuel. Sony, présent dans les deux technologies, indique qu’actuellement 80 % de ses ventes sont des caméras IP réseau.

Les raisons de cette explosion : des fonctions supérieures à l’analogique, de l’intelligence embarquée, et des prix en baisse constante grâce à de plus grandes économies d’échelle (les premières caméras IP de qualité se négocient à partir de 150 euros).

…mais une résistance de l’analogique pour encore quelques années

Cependant, la surveillance vidéo par analogique risque de durer encore quelques années du fait des couts de transition vers le numérique. Notamment pour les systèmes nécessitant une infrastructure lourde que l’on peut trouver dans la surveillance de production industrielle ou pour la surveillance des villes ou des transports en communs.

La présence d’un câblage important couplé à un système complet d’armoires et d’alimentation électrique alourdie fortement la facture de migration vers le numérique, surtout quand l’on sait que l’équipement électrique compte pour 20 à 50 % de l’investissement. Le remettre en cause doit alors avoir un sens économique.

Autre point, les caméras IP ne se sont pas encore mis au niveau de certaines caméras analogiques spécialisées, comme les caméras thermiques et celles qui peuvent résister à des explosions.

Ainsi aujourd’hui, on esti­ment à 25-30 % le taux d’équipement en analogique, avec un équilibrage du  marché prévu pour 2o12-2013, et la mise en place d’une phase transitoire notamment par la mise en place d’en­codage vidéo, qui permet de numériser les signaux vidéo analogiques et d’en­voyer les images numérisées sur un réseau IP.

Etat des caractéristiques moyenne pour les caméras IP

Résolution

Côté résolution, les caméras IP continuent de progresser. En moyenne, celles-ci affichent une réso­lution de 300000 à 400 000 pixels (environ 700×500 pixels ou 500 lignes TV), avec des percées à 1 à 3 millions de pixels, voire plus, pour les plus performantes.

Prochainement, on arrivera à un standard HD de 1,4 mégapixel. La haute définition est assurément un avantage indéniable notamment pour la surveillance de grands sites industriels.

Compression vidéo

Évolution vers un format de compression vidéo H. 2 64 permettant de réduire l’espace de stockage réseau et la consommation en bande passante sans perdre en qualité. Ce format permet en effet de réduire la taille d’un fichier vidéo numérique de plus de 80 % par rapport à la norme Motion JPEG et de 50 % par rap­port à la norme MPEG-4, sans rogner la qua­lité de l’image.

Flux multiples de vidéos

Le passage à la HD pour les caméras IP numériques permet également de créer plusieurs flux vidéo indépendants pour la surveillance simultané de plusieurs zones définies.

Mobiles et multiangles

Par rapport à l’analogique, la caméra IP dôme dispose également d’une mobilité sans égale en terme d’angle de vue (jusqu’à 330°) lui permettant de changer plus facilement de position de surveillance, en étant ainsi moins vulnérable aux angles morts et aux attaques. Sans oublier les possibilités de programmation de séquence de surveillance de zones, l’application d’algorithmes de détection de mouvement « tracking » (personnes et véhicules) avec suivi de trajectoire, et les caméras IP grand angle.

Normes de protection et adaptabilité

Selon les besoins, les caméras IP savent s’adapter avec de multiples possibilité de combinaison de produits selon l’environnement extérieur ou intérieur, l’éclairage, la taille de la zone à surveiller.

Certaines caméras IP sont également renforcées pour faire face à certains types de situation,  notamment celles conformes aux normes de pro­tection IP51, IP66 et IK10 contre les effets de la pous­sière, de l’eau, du froid, de la chaleur et des risques de vandalisme, et permettant de faire fi de conditions difficiles (fumées, brume, obscurité….) ou d’éventuels vibrations. D’autres disposent de caissons renforcées de protection et de système d’alarme. Sans oublier, une plus grande sensibilité des caméras IP à la luminosité minimale, avec présence de mode jour/nuit automatique et de filtre infrarouge. Et des traitements informatiques de l’image permettant de conserver un maximum de qualité et de réduite les risques de floues.

Intégration informatique

Enfin,des efforts conséquents ont été apportés pour faciliter l’intégration des caméras IP à un sys­tème d’informatique et de sécurité d’une entreprise, en complément d’un système d’alarme ou d’un système de contrôle d’accès (portes, sas, barrières…) et en complète interface.

 

0saves
Si vous avez aimé ce "post", n'hésitez pas à laisser un commentaire ou vous abonnez à notre flux RSS.