0saves

En termes absolus, et sans tenir compte des « super-canons » irakien du projet Babylone (Gerald bull) qui tenait plus du pipe-line, le titre de plus gros canon de tous les temps revient aux Allemands, et plus précisément à leurs constructeurs (car ce ont deux frêres jumeau !), la société Krupp, avec le Schwerer Gustav [ci-dessus], soit « le gros Gustaf » en hommage (sic!) au dirigeant de l’entreprise,  et à son frère Dora, soit le prénom de la fille du dirigeant. Deux canons de 800mm élaboré en 1934 et construit en 1941.

schwerer_gustav

La génèse de ce projet titanesque de canon géant : la destruction de la ligne Maginot

La volonté de construire de tels monstres répondait à la nécessité pour les Allemands à disposer d’une artillerie capable de mettre à bas les fortifications de la ligne Maginot française et des lignes belges fortifiées du Sudetenland et de Liège, en se basant sur les précédentes expérimentations menées pendant la Première guerre mondiale avec de l’artillerie lourde (Grosse Bertha notamment).

Les fortifications et les ouvrages de la ligne Maginot étaient en effet prévu pour résister à des impacts directs d’obus de très lourd calibre (protection de 7 mètres de béton renforcé couplé à un blindage acier d’un mètre d’épaisseur). Les Allemands ont donc cherché à passer outre ces nouvelles contraintes à l’aide de nouvelles armes, tels des obus lourds au Tungstène ou via le développement d’une artillerie encore plus lourde. C’est donc dans cette voie que fut développé le « Schwerer Gustav ».

L’ingénieur en chef de la société Krupp AG, Dr. Erich Müller calcula que la tâche de destruction de ces fortifications exigerait une arme d’un calibre d’environ 80 cm, tirant un projectile pesant au minimum 7 tonnes au travers d’un canon de 30 mètres de longueur. On imagine alors la taille du projet et du chantier.

Un chantier tel d’ailleurs, malgré un début des travaux en 1934 (fin des travaux théoriques et de recherche en 1936, commande ferme en 1937, livraison d’un canon d’essai en 1939 pour validation au polygone de tir d’Hillersleben), qu’ils ne furent pas fini à temps pour l’offensive sur la France en Mai 1940, suite à de nombreux problèmes techniques sur la forge des pièces du tube.

Caractéristiques techniques

plan coupe canon DoraVoici un plan de coupe du projet de canon « Dora ».  Noté au passage, la taille de la silhouette humaine !!!

Vertigineux… voici le mot qui vient à l’esprit quand on observe les caractéristiques de ces deux canons géants, dont voici le résumé:

ConstructeurKrupp
Nom officiel80 cm Kanone (E) Shwerer Gustav
Poids1350 T
(masse d'un destroyer)
Dimensions47,3 x 7,1 x 11,6 m
Assise deux voies de chemin de fer parallèles
Equipage500 hommes (servant)
250 hommes (assemblage)
2500 hommes pour gestion acheminement (remblais et pistes)
2 bataillons de Flak pour défense antiaérienne.
Longueur canon32,5 m
Calibre800 mm
Elévation/azimut48°/65°
Cadence de tir2 tirs/heure
14 tirs/jour
Vitesse initiale en sortie de bouche820 m/s
Portée37 km (munition antiblindage)
45 km (munition explosive)
Dimensions/masse obus 0,8 x 3,75 m
4.8/7.1 T
PénétrationAcier : 1 m
Béton Armé : 7 m
Béton : 10 m
Terre : 30 m
Mode de déplacementrail
Temps d'acheminement/préparation terrain3-6 semaines
Temps d'assemblage3 jours

La taille et le poids (notamment en terme de pression massique) de ce monstre était tel que les ingénieurs de Krupp ont été obligé de choisir la possibilité d’un transport et d’un support ferroviaire,  en asseyant l’arme sur 4 bogies ferroviaires (10 essieux chacun), circulant sur 2 voies de chemin de fer parallèles avec un espacement axial de 4m. Ce qui évidemment a légèrement complexifié les possibilités de mobilité du Schwerer Gustav !!!

D’autant que la taille du canon empêchait d’envisager l’utilisation d’un berceau tournant. Il fallait donc monté le canon sur place (soit un ensemble de pièces réparties dans 5 trains de 25 wagons, accompagnés des voitures annexes, ateliers, munitions et de deux grues conçus spécialement pour monter le canon sur son affût), près de la zone d’opérations, mais également construire un réseau de rails de chemins de fer, servant de voies de support, en arc de cercle, pour permettre l’orientation du canon. Avec le terrassement que cela implique, on comprend mieux les 3 à 6 semaines de préparation de terrain que nécessitait ce canon gigantesque.

montage chemin de fer canon Dora Schwerer-Gustav

Pour encore mieux se convaincre de l’incroyable taille de ce canon « Schwerer Gustav », il suffit d’observer la taille des obus destiné à être lancé depuis celui-ci avec un char T-34 Russe, de taille déjà conséquente.
D’un point de vue pratique, deux types de munitions ont été développés pour ce canon, l’un explosif de 4.8 t avec une charge utile de 700kg d’explosifs pour une portée maximale de 48 km, et des obus perforants de 7.1 t, pour une charge utile de 200kg d’explosifs et une portée maximale de 37 km (cf pénétration). La propulsion des obus était assuré par des gargousse de poudre de 10584 livres

obus gustav comparé char t-34

Ce canon de taille pharaonique et au prix exorbitant  (7 million de Reichsmarksoit le prix de 40 chars Panther environ) peut être également vu dans cette vidéo de propagande de l’Ufa :

Utilisation en condition réelle : le siège de Sébastopol

La France et la Belgique ayant été vaincu avant la livraison de canon à la Wehrmacht en 1941, et l’opération contre Gibraltar (opération Félix) ayant été reporté sine die après le refus de Franco, ce canon géant ne fut utiliser en condition qu’à une seule occasion, après le lancement de l’opération Barbarossa et l’invasion de l’URSS, lors du siège de la forteresse de Sébastopol.

Organisé sous l’unité (ferroviaire) lourde 672 d’artillerie (effectif : 1420 hommes), le canon Schwerer Gustav a été acheminé sur place en pièces détachées (25 parties), puis monté sur un délai de 6 semaines, en comptant les aménagements nécessaires en plus du montage proprement dit de l’arme (talus, voies ferrées…).

Les opérations de bombardement ont débuté le 5 juin 1942. durant lesquelles le Gustav a tiré 48 projectiles jusqu’en juillet 1942, selon le calendrier suivant :

  • 5 Juin
    • Tir contre des canons côtiers à une distance de 25.000 m. Huit obus.
    • Tir contre le fort de Staline . Six obus.
  • 6 Juin
    • Fort Molotov . Sept obus.
    • Tir contre la « Falaise blanche », un magasin de munitions sous-marin situé dans la baie de Severnaya. Situé à 30 mètres sous la mer, avec au moins 10 mètres de protection en béton, ce site était invulnérable aux armes conventionnelles. Les neuf obus tirés ont traversé près de 30 mètres d’eau pour finalement atteindre et détruire le magasin de munitions, suite à une explosion gigantesque qui entraina même la perte de navires en surface.
  • 7 Juin
    • Tir en appui d’une attaque d’infanterie sur Sudwestspitze, une fortification périphériques. Sept obus.
  • 11 Juin
    • Fort Sibérie . Cinq obus.
  • 17 Juin
    • Fort Maxime Gorki et sa batterie côtière. Cinq obus.

La fin des deux canons jumeaux

Après les opérations contre Sébastopol, le canon fut démonté pour un usage ultérieur après la remise en état du canon par Krupp. Il fut probablement envisagé d’utiliser le canon contre Varsovie, et il fut également monté près de Leningrad en prévision d’une attaque en 1943 qui fut finalement annulé. Dora quand à lui devait être utilisé contre Stalingrad mais fut démonté en urgence, lorsque le canon fut menacé d’encerclement.

Si le Gustav a été capturé par les troupes américaines avant d’être neutralisé, son frêre Dora dut détruit en 1945 par les troupes Allemandes pour éviter qu’il ne tombe entre les mains de l’Armée Rouge.

Source : wikipedia, canons free

0saves
Si vous avez aimé ce "post", n'hésitez pas à laisser un commentaire ou vous abonnez à notre flux RSS.