Des ballons espions en Afghanistan

Des ballons espions en Afghanistan

dirigeable espion

Lu sur Wired.com et annoté :

Cela faisait longtemps que cela trainait et voici les premiers modèles qui apparaissent : les dirigeables « de surveillance » (certains diraient espion comme dans le titre de ce même article mais au final c’est plus de la surveillance non 🙂 ?) sont désormais utilisées pour surveiller le terrain d’action en Afghanistan.

Aux dernières nouvelles, le Pentagone aurait budgétisé environ 1 milliard de dollars pour le déploiement de ces ballons de surveillance équipés de systèmes vidéos sur place afin de surveiller le retour des Talibans qui s’arrête à reprendre leurs opérations avec le retour du printemps. Ces systèmes seront notamment déployés autour des bases américaines et des avants-poste de la coalition afin de surveiller les mouvements de troupes éventuelles, et améliorer le temps de réaction.

On notera bien que le ministère de la Défense américain a préféré mettre en avant ces nouveaux systèmes de dirigeables plutôt que de budgétiser pour l’emploi de drones de type « predator ». Pourquoi ? Tout simplement parce que dans un contexte de supériorité aérienne comme c’est le cas en Afghanistan (et sur de nombreux autres théâtres de conflits de type « asymétriques »), ces dirigeables présentent des avantages majeurs :

  • ils sont beaucoup moins chers à mettre en place et à entretenir,
  • ils peuvent rester en opération beaucoup plus longtemps qu’un drone classique,
  • ils sont parfait pour une surveillance fixe sur un point précis du théâtre d’opération de par leur stabilité,
  • ils sont beaucoup plus efficaces pour la surveillance urbaine et celle des réseaux routiers.
  • en terme de polyvalence quand aux systèmes de surveillance opérables, ces systèmes sont parfaits et on peut y monter un large spectre de caméras vidéos, senseurs, caméras thermiques…
  • sans compter l’effet psychologique de ces gros ballons sur les insurgés : visible mais inattaquable car trop haut. C’est un peu l’effet panopticon à l’envers.

On ressent d’ailleurs l’intérêt des armées pour ce nouveau type de système surtout quand l’on sait qu’en mars de l’année dernière, le ministre de la défense américain Robert Gates avait redirigé en urgence des budgets vers ces systèmes en prélevant de l’argent sur celui des Humvee de l’armée américaine.

Blague à part, et derrière cette nouvelle de dirigeable de surveillance en action, cela annonce surtout un très possible renouveau du dirigeable avec de nouvelles applications dans le civil : transport de fret, de passagers… Les projets d’ailleurs se multiplient à travers le monde. Et comme cela a souvent été le cas dans le passé, que cela nous plaise ou non, c’est le complexe militaro-industriel qui sera sans doute à la pointe des innovations dans ce domaine (comme ce fut le cas en son temps avec le radar ou le micro-ondes par exemple).

[adsense_me_3]

Le phénomène « My Dad is Li gang »

Le phénomène « My Dad is Li gang »

my dad is li gang

Voilà une expression qui peut sembler étrange voire très banale, et pourtant quand on la tape entre guillemets sur google, on obtient 76200 pages indexés. Enorme, non?

En fait, cette expression est devenu quasiment un symbole de ralliement pour la blogosphère chinoise, en lutte contre le pouvoir centrale chinois pour plus de démocratie et de libertés individuelles.

Et pourtant le point de départ de cette histoire et de cette expression est un triste fait divers survenu sur le campus de l’université de Hebei en Chine. Le 16 octobre 2010, un homme soûl renversa avec sa voiture deux étudiantes alors qu’il ramenait à son dortoir sa petite amie. Essayant de prendre la fuite, il fut par la suite interpellé par les agents de sécurité de l’université et sa seule excuse face à cette tragédie provoqué par son ivresse fut “Allez-y, poursuivez-moi, mon père s’appelle Li Gang !” (« Go ahead, sue me if you dare. My dad is Li Gang!).

Son  père Li Gang n’est autre que directeur adjoint des services de police dans le district nord de la ville de Baoding, dans la province du Hebei. Apparemment pour son fils, la simple évocation de sa filiation était pour lui un sauf conduit à toute situation pénalement répréhensible, même la mort. Car dans les faits, une des étudiantes décéda dans les jours suivants, tandis que l’autre fut gravement blessé aux jambes.

Cette « catchphrase » se répandit sur le net comme un torrent. Elle devint très vite pour les internautes chinois le symbole de la corruption de la nouvelle génération de la nomenklatura chisnoise, notamment de cette nouvelle jeunesse dorée de « fils de », arrogants, et se croyant au dessus de toutes les lois de par la position de leurs parents.

Ainsi quelques jours après, sur un forum, quelqu’un appela les internautes à écrire des poésies autour de “Mon père s’appelle Li Gang !”, puis ce furent des dessins et de courts textes humoristiques et satiriques comme celui-ci :

Donnez-moi plus de riz, mon père s’appelle Li Gang!
Nom de Dieu, pourquoi mon père ne s’appelle-t-il pas Li Gang !

Malgré les excuses de Li Gang et la condamnation de son fils à 6  ans de prisons et à des dommages et intérêts importants, ainsi qu’à une tentative d’étouffement par le parti communiste chinois et par l’université d’Hébei de cette affaire, cette expression ne cesse de prendre de l’importance et le mal est fait.

« My Dad is Li gang » est désormais une expression satyrique pour les jeunes chinois utilisée dans leurs vies de tous les jours pour servir d’excuse bidon s’ils sont en retard ou s’ils sont dans une situation embarrassante.

Au point que tout cela a traversé les frontières, et que cet incident est désormais repris par les médias étrangers, et notamment français, et montre bien la cristallisation et l’état d’exaspération social qui sous tend en Chine.

Cependant, cela montre également, que malgré la censure exercée, la blogosphère chinoise reste un puissant instrument de contrepouvoir en Chine. Mais c’est à se demander si les autorités chinoises ne laissant pas faire, de façon à se servir de cette blogosphère comme d’une soupape de sécurité, destiné à relacher la pression sociale, quitte à sacrifier quelques seconds couteaux.

Une sorte d’illusions de la démocratie en quelque sorte. Quoique….

(source image: maydaily.com)

Très bonne série de reportages sur les services secrets français sur France 5

Très bonne série de reportages sur les services secrets français sur France 5

France 5 a récemment diffusé un documentaire en quatre parties sur l’histoire des services secrets français au cours du 20ème siècle (plus un « hors série » sur François Mitterand et « ses » espions):

  • Episode 1 : L’heure des combats : 1940-1960, déja disponible sur Pluzz
  • Episode 2 : Les années chaudes de la guerre froide : 1961-1981,
  • Episode 3 : Le grand malentendu : 1981-1989,
  • Episode 4 : Nouvelles guerres d’un monde nouveau : 1989-2009,

Passionnant et très bien documenté, il permet surtout de mieux comprendre la fonction et le rôle tenus par ces mêmes services tout au long du 20ème siècle.

Il permet surtout de démystifier une part importante de ce monde mystérieux, connu  de l’opinion public au travers de termes superlatifs et d’idées reçues, mettant en lumière leurs actions en faveur de la protection de la France, sans pour autant lever toutes les zones d’ombres et la part inévitable de « real politik » sous-tendant certaines actions passées.

Une sorte d’histoire de la France parallèle, avec le témoignage (pour la première fois pour certains) de personnages politiques majeures: Pierre Joxe, Charles Pasqua, Paul Quilès, Michel Rocard, Stéphane Hessel, Jacques Vergès (étonnant, cette confrontation de version avec les services, où l’on apprend qu’il y probablement eu la vie sauve à cause d’une voiture en panne), Paul Aussaresses, Jean-Charles Marchiani, Jean-Louis Bruguière, Yves Bonnet, l’amiral Lacoste, le général Jean Heinrich, Alain Juillet, Bernard Bajolet… Ce qui est étonnant, c’est la franchise des propos (opération homo [pour homicide], actions ratées) !!!

On peut encore consulter ce très bon documentaire sur :

(crédit photo : FlickR, KateMonkey)

[adsense_me_3]

Une visite d’un bunker de commandement en temps de crise

Une visite d’un bunker de commandement en temps de crise

(Crédit photo : David Moore, 2008)

Le magazine Wired.com nous a offert un bel article et de magnifiques photos sur une très intéressante visite, celle du bunker de commandement du gouvernement britannique aux heures sombres de la guerre froide.  Les photos sont impressionnantes : les ID card du point checkpoint, le studio de télévision, la salle de briefing, le poste médical…..

C’est toujours impressionnant de voir l’ensemble des points nécessaires pour faire fonctionner un tel système, et de ressentir l’atmosphère lourde qui transpire même sur les photos prise par David Moore dans le cadre de son projet « The Last Things » (photographier des endroits qu’aucun autre photographe n’a encore réussi à pénétrer …officiellement). Et il a réussi à négocier avec le gouvernement de Sa Majesté une visite de ce bunker en mettant en avant non pas la démarche journalistique mais artistique de l’ensemble .Impressive….

Voilà le lien pour ce très bon article : http://www.wired.com/rawfile/2011/01/inside-londons-secret-crisis-command-bunker/?pid=618

Et tiens, pour bien rester dans l’esprit des bunker, pourquoi ne pas coupler cette lecture avec l’excellent  » Le bunker, les derniers jours d’Hitler » de 1981 avec l’excellent Anthony Hopkins. Pour avoir visité des bunker de ce type par le passé, je peux vous assurer que le film vous baigne dans la même atmosphère.

Bonne photos et bonne vidéos à vous.

[adsense_me_3]

Ouvrage de géopolitique de référence : Constante et changement dans l’histoire de Aymeric Chauprade

Ouvrage de géopolitique de référence : Constante et changement dans l’histoire de Aymeric Chauprade

Une Bible de connaissances géopolitique :

Si vous avez toujours voulu approfondir vos connaissances ou votre compréhension du monde dans lequel vous vivez,  en maitrisant mieux les zones de tensions et les ficelles sous-jacentes qui expliquent les conflits planétaires actuelles, alors ce livre est fait pour vous !

C’est tout simplement une Bible qui loin de se lire d’une traite, se dévore petit à petit au fur et à mesure de nos interrogations : « Quid de la situation en Palestine ? D’où vient cet intérêt majeur pour l’Iran pour les USA? Pourquoi le conflit en Tchétchènie… Bref de toutes ces questions qui se cachent sous le terme vague de « real politik »

Comme le disait très justement Sir Francis Bacon :

Certains livres se goûtent, d’autres se dévorent, d’autres encore se mâchent et se digèrent lentement.

Ce livre fait entendu parler parti de la troisième catégorie : riches de connaissances et de réponses à vos questionnement diverses sur le monde contemporain.

Mais trêve de blabla, le livre dont je fais l’éloge depuis le début de ce billet est l’ouvrage d’Ayméric Chauprade Géopolitique : Constantes et changements dans l’histoire. Un ouvrage qui est, année après année, remis à jour en fonction des évolutions du monde et que le lecteur des versions précédentes aura déjà appréhendé grâce à M. Chauprade.

Description du contenu :

Ainsi, cet ouvrage de près de 900 pages, vous permettra d’appréhender pleinement et par étapes une meilleure compréhension du monde

  • en commençant tout d’abord par appréhender les concepts clés et les théories de la géopolitique des nations, entre « rimland », « heartland » (concepts définis par Nicholas Spykman pour définir les stratégies maritimes des états), realpolitik, concepts de grand échiquier, zones de tensions, zones d’échanges et de clivages…
  • en étudiant point par point, par zones et dans le temps, l’évolution des cultures et des zones de tensions à travers le monde.
  • en répondant  à des questions précises sur l’évolution des civilisations, des cultures, afin de mieux appréhender les différences de compréhension entre les peuples : Comment expliquer la présence forte de la science en occident? Comment comprendre la différence de perception dans la valeur de la vie humaine entre l’Orient et l’Occident ? Pourquoi le mariage est plus important dans certains pays que dans d’autres?…

A ne pas rater, vous pouvez me croire, c’est une vrai mine d’enseignements !