0saves

drh et web 2.0

 

Un petit article sur une étude sur laquelle, je suis tombé il y a quelques temps, concernant l’état de l’utilisation des réseaux sociaux par les directeurs des ressources humaines.

Le réseaux sociaux et le web 2.0 mettent de I’humain dans les relations de bureaux

En règle générale, les salariés attendent énormément des réseaux sociaux en ce qui concerne la gestion des RH. Paradoxalement, il semblerait que pour eux, les réseaux sociaux, présence numérique rappelons-le, soient synonymes de « rehumanisation » du processus d’embauche. Etrange, non ? Surtout sur l’humanisation du processus grâce à un procédé numérique et quand l’on sait tous les problèmes qu’on eut certains salariés en exposant trop leurs idées et vie privée sur les réseaux sociaux.

Les DRH s’engageraient d’ailleurs sur les réseaux sociaux avec prudence, au moins sur la gestion des ressources humaines en interne (c’est à dire en faisant abstraction du recrutement), malgré certains noms ronflants que l’on peut trouver sur les cartes de visites des RH (directeur de la marque employeur, directeur d’image employeur, responsable ressources humaines 2.0…).

Pour y voir plus clair, on pourra toutefois se référer à deux études sorties récemment

Ainsi, si l’on consulte le baromètre Novametrie-ANDRH, on notera que 69% des DRH reconnaissent ne pas intégrer les réseaux sociaux dans leur stratégie interne de communication et de gestion des ressources humaines pour atteindre leurs objectifs prioritaires. Et 61 % estiment que ces mêmes réseaux sociaux n’ont pas changé leurs pratiques en la matière.

Plus clairement, cela signifie que les DRH, et les communicants de façon plus large, ne souhaitent pas intégré les salariés dans la « viralisation » de leurs entreprises ou de leurs marques par peur de perdre le contrôle sur la communication des employés, et donc de leur image. La gestion de l’image de l’entreprise reste une fonction à part exercée par une seule personne : le community manager.

Au fond, ce n’est pas si étonnant que ca. C’est le même problème que pour l’intelligence économique et la veille stratégique : la gestion interne des informations stratégiques et de la veille externe revient à des personnes dédiées, la cellule d’intelligence économique et le veilleur respectivement, pour éviter la surcharge d’informations et un meilleur contrôle sur les flux.

Par contre, malgré la difficulté de gestion que cela implique, c’est sans doute une opportunité qui s’envole pour les entreprises car il n’y a sans doute pas de meilleurs « porte-drapeaux » des valeurs et de la marque d’une entreprises que ses salariés.

Seul domaine ou le décollage des réseaux sociaux est notable et rapide dans les RH (ressources humaines), c’est le recrutement. Ainsi, toujours selon le baromètre Novamétrie-ANDRH, si seulement 5 % des DRH se servaient des reseaux sociaux en 2010, ils sont 9% en 2011 notamment par le biais de sites de réseaux professionnels tels que Viadeo et Linked In. A le déclarer publiquement en tout cas, car je pense personnellement que ce chiffre est beaucoup plus élevé de manière officieuse. Pour s’en convaincre, il suffit de consulter les hausses de trafic sur les moteurs de recherches de personnes tel que 123people.fr.

Réseaux sociaux : vers une plus grande interaction des salariés avec leurs entreprises

Une autre enquête plus large a été réalisée par le cabinet Quatre vents aupres de 100000 personnes (sans distinctions particulières et facteurs déterminants) confirme les points déjà établis, notamment en ce qui concerne l’utilisation des réseaux sociaux par les salariés (objectifs et motivation).
Le recrutement constitue aujourd’hui le deuxieme usage des reseaux sociaux par les personnes,  juste derriere le divertissement et la « gestion » de leurs réseaux d’amis.
Plus précisément, les personnes interrogées utiliseront les réseaux sociaux pour :
  • répondre a des offres d’emploi (33 %)
  • s’informer sur des entreprises, valeurs et ambiance de travail, dans le but d’y postuler (29 %)
  • contacter des cabinets de chasseurs de têtes (24 %).
  • 25% des personnes utilisent également les réseaux sociaux pour recommander des employeurs.

Du côté des salariés, on souhaitent en fait une attitude plus proactive de la part des entreprises, à la recherche d’une plus grande interactivité avec leurs entreprise employeuse.

Côté recrutement, les salariés estiment que les réseaux sociaux, et la facilité qu’ils impliquent à engager nativement une conversation numérique,  seraient un bon moyen pour réintroduire une relation directe et interactive avec l’entreprise dans le processus de recrutement. L’idée, en fait, est de tout simplement « bypasser » (court-circuiter) les sites d’emploi et de gestion de candidatures, trop robotisés et désincarnés.

Reste à pouvoir et avoir les moyens de canaliser sans parasites (autres sujets sans rapports, « bruits ambiants ») ce nouvel espace de discussion et de recrutement.

 

0saves
Si vous avez aimé ce "post", n'hésitez pas à laisser un commentaire ou vous abonnez à notre flux RSS.