Tendances du contenu en ligne 2011 : design et lisibilité

Tendances du contenu en ligne 2011 : design et lisibilité

Le design et l’ergonomie, element majeur de la publicitation en ligne

Lors des dernières conférences du SMX Paris, c’était l’un des maitres mots ! L’ergonome, soit la typographie et le design du contenu, doit prendre le pas sur le référencement naturel. Du moins dans certains cas.

Encore une fois, le vieil adage « le contenu est roi » revient sur le devant de la scène, avec encore plus de poids. Les tâches de travail sur l’ergonomie et le design de son contenu s’ajoutent donc à la longue liste d’actions à réaliser en 2011 pour améliorer la qualité et la compréhension de son contenu en ligne : web sémantique, métadonnées, geodatas…..

 

design, ergonomie et contenu

Travailler le design pour faire face aux changements de l’internet

La nécessité de travailler le design et l’agencement de son contenu en ligne repose en fait sur un ensemble de facteurs  environnementaux en évolution sur le Net:

  • augmentation constante de la masse d’information mise en ligne chaque jour, rendant nécessaire la différenciation pour un meilleur filtrage des données pour l’internaute,
  • une transition d’une économie de l’information à une économie de la transformation, où la mise en scène de l’information est devenue cruciale et déterminante pour créer de la valeur ajoutée (un site ne tirera plus seulement sa valeur ajoutée de son contenu, mais également de sa mise en valeur esthétique et ergonomique, c’est d’ailleurs en partie le principe de la curation),
  • faciliter la prise de contact dans un monde numérique saturé de sollicitations pour l’internaute, où le design permettra la mise en valeur du contenu pour attirer l’attention et multipliera les possibilités d’interactions en l’internaute et l’auteur. Etapes nécessaires à la fidélisation du lectorat.

Cette mise en valeur par le design du contenu passeront par un certain nombres de reflexions à mener à mettre en place dont :

  • un travail sur la scénarisation du contenu en ligne
  • un travail sur la multi-modalité
  • mise en avant des multiples supports médias (images HD, vidéos HD…).

Un design servant à faire face à la multiplication des plateformes de lecture

En attendant une migration futur sur un nouveau support de lecture prédominant, pour l’instant, tous les sites internet doivent faire face à une contrainte majeure : posséder un agencement, un design et une ergonomie de site permettant d’être lisible et esthétiquement avancé sur :

  • de multiples navigateurs internet : Chrome, Safari, Internet Explorer de version 5 à 8, Firefox…
  • du multiples systèmes d’exploitation : Windows, Mac, Linux…
  • et surtout de multiples supports aux formats d’affichage très différents: mobiles, smartphones, tour de bureau, PC portable, tablette Ipad…

La multiplication et la généralisation de ces différents appareils, orientés vers la mobilité, imposent donc des design et des ergonomies travaillés permettant l’affichage d’une masse importante d’informations accessibles et lisibles sous différents formats.

Sans compter que l’agencement du contenu en ligne devra différer selon les supports pour correspondre aux conditions et aux préférences d’utilisation de chaque plateforme… Par exemple, la tour est plutôt dévolue à un usage professionnel, tandis que le portable est dévolu aux loisirs, et l’Iphone  sert à rester informé.

Nouveaux médias, nouveaux modes de lecture

De nouvelles formes de médias se développent également. Prenons l’exemple de Wikileaks : celui-ci est désormais le modèle privilégié pour mettre à disposition des documents de manière brute, sans transformation et sans mise en scène de l’information.

Les habitudes de travail des journalistes changent également, adoptant une stratégie d’écriture différente selon les supports de contenu. Sans compter la nécessité de maîtriser de nouvelles compétences : développeur ou designer par’ exemple.

Le Web a  ainsi changé progressivement la nature de l’information : alors qu’elle était délivrée de manière unilatérale au départ, le Web 2.0 l’a rendue multilatérale et multisources. L’internaute est amené a produire de l’information autant qu’il en consomme. Pour s’en convaincre, il suffit de voir les tendances actuelles liées à la « curation » et à l’a.d.n des sites internet.

Le journaliste est devenu une sorte de méta-journaliste qui prend des informations et les restitue a sa manière, après remaniement. Le commentaire de l’information devient également essentiel.

Les modes de lecture changent egalement, avec la primauté de l’intelligence visuelle qui commencent à prendre le pas sur le texte. Et face a la multiplication des outils de présentation, se pose le problème de la pertinence du support par rapport a l’information : quelle information sur quel support et quand ?

Conclusion : vers de nouveaux métiers

Au final, on assiste à l’apparition de nouveaux métiers et de nouvelles compétences en correspondance avec ces mutations. Parmi ces tendances, on retiendra l’enrichissement du travail du journaliste par de nouvelles compétences, en programmation et en design notamment, mais également par une approche plus transverse.