cloud computing

Cloud computing – comment l’utiliser pour récupérer d’une faille informatique ?

| 2 Commentaires

0saves

Que faire en cas de catastrophe informatique entraînant une importante perte de données et une faille dans son système ? Dans pareil cas, le cloud computing peut se révéler très utile. Voici une stratégie applicable pour une entreprise.

cloud 400x300 Cloud computing   comment lutiliser pour récupérer dune faille informatique ?

La pire situation possible : l’attaque par un virus informatique

Le point de départ : imaginez un employé qui a, par exemple, travaillé à domicile avec son propre appareil informatique (suivant le principe du BYOB : Bring Your Own Device). Le système sécurisé du VPN et son ordinateur, il décide de télécharger les spécifications d’un projet sur une clé USB depuis le réseau de l’entreprise. Problème, cet clé USB avait été utilisé par un de ses enfants sur un autre ordinateur, et avais par mégarde embarqué un virus informatique qui a désormais contaminé le réseau interne de l’entreprise.

Sans signes annonciateurs, le virus se multiplie et en l’espace de quelques heures tous vos serveurs sont écrasés. La plupart des données ont été, soit corrompu, ou sont totalement inaccessibles voire détruits.
Que faire alors ? Il est possible de passer par une entreprise spécialisés pour démonter l’ensemble de vos serveurs, pour tenter de récupérer les données perdues disque dur par disque dur. Ou alors lancé les procédures de sauvegarde avec le risque de perte de données sur un laps de temps critiques.

Il existe cependant une autre solution sans doute moins cher.

Cloud Computing: comment l’utiliser pour récupérer d’un crash informatique

Cette situation aurait pu être évité, comme on l’a dit plus haut, si une procédure de sauvegarde de tous les serveurs avaient été faites à travers le cloud computing, pour créer un site miroir avec toutes vos données sensibles et stratégiques, suivant des procédures de téléchargement de sauvegarde automatisées et configurable sur des intervakes réguliers. Toutes les données sont téléchargées et/ou cryptées de sorte d’avoir un retour sûr et sécurisé.

Le cloud computing est un outil précieux dans ce type de situation, à condition de bien prendre en considération les faiblesses de l’informatique en nuage, notamment sur la protection des données privées et des propriétés intellectuelles. Cependant, bien étudié et bien paramétré, le cloud computing peut se révéler un outil fiable et surtout peu onéreux pour des PME/PMI en comparaison d’un système complet de restauration et de sauvegarde. Et ce, même si vos données sont sauvegardées hors site.

Le cloud computing ou serveur miroir : une police d’assurance informatique

Quelque soit la solution envisagé entre le cloud computing ou un serveur physique, il est essentiel de préparer un plan de reprise après sinistre, pour être prêt en cas de catastrophes. Reste à choisir la solution la plus adaptée en fonction des besoins et des finances de l’entreprise…..

Il faut seulement considérer que vos serveurs et vos données sont susceptibles d’être sujet à des attaques informatiques voir à des piratages de données. Ce genre de situation est malheureusement de plus en plus courant et il faut donc s’y préparer. Les attaques devenant de plus en plus sournoises et courantes.

Statistiquement parlant, on peut estimer que de nombreuses entreprises ont ainsi perdu plus de 90.000 $ aux Etats-Unis en 2011, et ce, seulement en comptabilisant le temps d’arrêt de leurs serveurs en raison d’une certaine forme de perte de données. C’est pourquoi vos données doivent être correctement protégés.

Le cloud computing et la mécanique

Pour revenir au cloud computing, en plus de la sauvegarde proprement dite face à divers virus et autres formes de piratage, il existe également un autre avantage plus prosaïque : l’usure mécanique, qui peut survenir sur les serveurs informatiques eux-mêmes. En effet, les disques durs des serveurs ont des pièces mobiles qui peuvent, avec le temps, se désagréger. Cela se produira forcément, reste à savoir quand.
Le problème quand cela arrive subitement, c’est que pour récupérer les données perdues sur un disque dur cassé, le boîtier doit être ouvert dans un environnement stérile. C’est seulement alors que les données sont récupérées. Cela peut être un processus coûteux et de longue haleine, sans aucune garantie que les données soient récupérables.

A ce jeu-là, et grâce à un système de redondance et de mutualisation; le cloud computing bénéficie d’un avantage certain sur le disque dur physique. Cela a donc moins de chance d’entrainer des pertes de données sensibles.

0saves
Si vous avez aimé ce "post", n'hésitez pas à laisser un commentaire ou vous abonnez à notre flux RSS.

Auteur : Sebastien Neveu

Head Natural Search sur Montréal. Administrateur et rédacteur pour blog-espion.fr.

Ad Plugin made by Free Wordpress Themes